• IMG_7273.jpg
  • IMG_7275.jpg
  • IMG_7291.jpg
  • IMG_7480.jpg
  • IMG_7486.jpg
  • IMG_7492.jpg
  • IMG_7498.jpg
  • IMG_7536.jpg
  • IMG_7539.jpg
  • IMG_7540.jpg
  • IMG_7542.jpg
  • IMG_7545.jpg
  • IMG_7554.jpg
  • IMG_7556.jpg
  • IMG_7557.jpg
  • IMG_7558.jpg
  • IMG_7575.jpg
  • IMG_7609.jpg
  • IMG_7615.jpg

Une fois par an nous organisons  « les petits déjeuners ».  Ceux-ci sont  apportés à domicile dans des sacs prévus à cet effet, et sont composés de jus de fruit, yaourt, beurre, confiture, fromage, choco, et 2 pistolets. Ils sont vendus au prix de 5 Euros.

Quand allez-vous faire la distribution des petits déjeuners ?

La distribution se fait chaque année au mois de mai à Braine-l’Alleud et Waterloo. A une autre date les petits déjeuners sont distribués à la Fortisbank, la Communauté Européenne et dans d’autres bureaux.

Quelles sont les différentes étapes de la préparation ?

Le travail commence en général par une prospection. Nous contactons des magasins et des grandes surfaces pour demander de nous sponsoriser.  Malheureusement, de moins en moins de firmes sont prêtes à le faire. Comme nous commandons de grandes quantités de marchandise, nous demandons aussi de nous faire un prix. En général, nous obtenons une réduction de 10 %.  Parfois, nous recevons des articles à moitié prix ou gratuitement. L’année dernière nous avons vendu 3.075 petits déjeuners. Cette année, nous prévoyons d’en vendre encore plus.
Nous allons aussi dans des grandes surfaces pour noter les prix des articles que nous avons besoin. Ensuite nous nous réunissons pour comparer les prix et nous décidons où acheter la marchandise.

En même temps nous contactons les personnes-relais.  Ce sont des personnes qui contactent leurs voisins en vue de vendre un ou plusieurs petits déjeuners. Dans le quartier de l’Ermite nous avons une personne quasi pour chaque quartier ou pour chaque rue. C’est toujours  mieux si une personne- relais s’adresse directement à ses voisins. Nous leur donnons des formulaires d’inscription et elles vont vendre les petits déjeuners chez leurs voisins. C’est ainsi que nous savons exactement ce dont nous avons besoin pour le jour de la distribution.
L’étape suivante est de faire les commandes de la marchandise. Nous le faisons le plus tôt possible pour donner aux magasins la possibilité de commander les articles chez leurs fournisseurs. Un jour avant la distribution nous cherchons les articles avec plusieurs voitures pour être sûrs que la marchandise est très fraîche.

Comment se passe la préparation en elle-même ?

La préparation en elle-même est un travail qui doit se faire le dernier jour. Nous sommes 20 à 25 personnes à être d’accord de donner quelques heures de notre temps.  Le jour avant la distribution des petits déjeuners nous faisons vraiment un travail à la chaîne.  Il y a trois grandes tables. Nous avons des sachets en plastique et nous mettons les articles un à un dans chaque sachet. En général, cela prend toute la journée.  Il y a une équipe le matin et une autre l’après-midi et si nous n’avons pas encore terminé, les membres de l’association viennent le soir pour achever le travail.  Mais je dois dire que ces deux dernières années, le travail s’est terminé pendant la journée. Donc, tous les articles sont mis dans les sachets sauf les pistolets.

Comment se déroule la distribution à l’Ermite, par exemple ? 

La veille de la distribution à l’Ermite, nous faisons encore une dernière réunion où toutes les personnes de notre association viennent avec les commandes. A ce moment-là, nous devons décider qui fait quel quartier et à quel moment  car la distribution se fait en deux temps : il y a une distribution entre 8 et 9h et une distribution entre 9 et 10 h.  Il y a des personnes-relais qui viennent chercher les petits déjeuners qu’ils ont vendus pour les distribuer, d’autres n’ont pas le temps de le faire.  Dans ce cas nous le faisons à leur place. Nous classons toutes les commandes par quartier et par heure de distribution.
Le matin même, tout le monde vient à 7h. Nous mettons les pistolets dans les sachets et les fermons. Puis les personnes, qui viennent avec leurs formulaires, vont prendre les sachets tout prêts pour les mettre dans de grands sachets ou des boîtes pour le transport. Sur chaque commande, nous agrafons l’adresse du destinataire du petit déjeuner et nous indiquons si le petit déjeuner a été payé ou pas.
Ici [c’est à dire chez Inge Quatraro], il reste toujours au moins une ou deux personnes qui continuent à mettre les petits déjeuners dans les sacs et à agrafer les commandes pour les personnes qui reviennent pour la deuxième livraison. Les sachets doivent être prêts parce que la distribution doit se faire très rapidement.
A la fin de la matinée, quand les petits déjeuners sont distribués, toute l’équipe revient et nous faisons un bon petit déjeuner ensemble. Nous nous racontons comment la distribution s’est passée, les difficultés qu’il y a eu, mais nous avons aussi beaucoup de bonnes nouvelles à partager. Chaque année il y a de nouvelles personnes qui s’ajoutent à l’équipe « Petits déjeuners » et c’est vraiment dans la joie et la bonne humeur que nous travaillons ensemble.

Et dans les bureaux : cela se passe comment ?

Dans les bureaux les petits déjeuners sont distribués dans la semaine qui suit le 8 mai. Une personne dans chaque service prend les commandes pour le jour qui leur convient le mieux. Très souvent dans les bureaux, un groupe de personnes prend le petit déjeuner ensemble. Nous avons des journées où nous distribuons 600 à 700 petits déjeuners.
Nous cherchons les pistolets frais chez notre boulanger à 5h30 et préparons les sachets. Avant 7 h nous partons avec nos petits déjeuners qui auront été déposés dans de grandes boîtes ou dans de grands paniers pour être à Bruxelles entre 7h30 et 8 h. Les petits déjeuners sont alors distribués dans les bureaux avant que les fonctionnaires arrivent. Ce travail se fait pendant toute la semaine.

Cela ne dérange pas le travail ?

Non.  La distribution est faite d’une manière très rapide.  A 8h15 tout le monde a déjà son petit déjeuner sur le bureau. Les fonctionnaires ou employés peuvent le manger soit à 10h soit à midi. Cela ne dérange pas du tout le fonctionnement du bureau. 

Au fond, que contient un sachet de petit déjeuner ?

Dans un seul sachet en plastique, nous mettons : 1 jus d’orange, 1 œuf dur, 1 yaourt, 1 petite boîte de céréales, 1 petit carton de lait, 1 petit coin de fromage, de la confiture, 1 petite portion de choco, du beurre et les 2 pistolets. Nous ne mettons ni sucre ni café parce que les personnes préfèrent prendre leur café. Un petit déjeuner coûte 5 Euros.

La somme récoltée permet de soutenir combien d’orphelins ?

Avec la somme récoltée par la vente des petits déjeuners, nous pouvons soutenir entre 300 et 400 orphelins à l’école primaire chaque année. C’est réconfortant de voir que toutes les personnes qui ont pris un petit déjeuner une année, continuent l’année suivante et il y a toujours d’autres personnes qui s’ajoutent. C’est un vrai succès. Cette aide est positivement aperçue par la population étant donné que nous ne demandons pas seulement de l’argent, mais nous pouvons aussi offrir quelque chose. 
Nous recevons aussi beaucoup de dons avec les petits déjeuners. Souvent les personnes qui sont absents le jour de la distribution nous payent le petit déjeuner comme geste de solidarité. D’autres font un virement pour les orphelins. C’est pour cette raison que nous aimons bien cette action pour la scolarisation les orphelins en primaire.

Depuis quand l’action des « Petits déjeuners» existe-t-elle ?

Nous avons commencé l’action en 1999, avec 400 petits déjeuners, la deuxième année nous avons vendu 800, puis 1.500, puis 2.775, puis 3.075. Cette année nous espérons en vendre encore plus.